Revenir à la page d'accueil d'ameli-sophiasophiaPour mieux vivre avec une maladie chronique
L'asthme
Accueil > L'asthme > Mieux connaître l'asthme > Traitements de l'asthme > En cas de corticothérapie orale prolongée

En cas de corticothérapie orale prolongée

Imprimer Envoyer à un ami FacebookTwitterGoogle +
Mis à jour le 27 décembre 2013

L’essentiel

  • La prise prolongée de cortisone en comprimés (ou corticothérapie orale) est un traitement utilisé pour soigner certaines formes d’asthme sévère. Elle consiste à prendre de la cortisone (médicament anti‑inflammatoire) sous forme de comprimés en association ou non à la forme inhalée.
  • La prise prolongée de cortisone en comprimés nécessite certaines précautions : réduire ses apports en sel et en sucre, choisir des aliments riches en potassium, en calcium, pratiquer une activité physique régulière…
  • Un suivi médical régulier est nécessaire pour surveiller la maladie et l’apparition des éventuels effets secondaires du traitement.

L’asthme est une maladie qui se caractérise par une inflammation chronique des bronches. Il se manifeste par des crises durant lesquelles la personne a du mal à respirer.
Pour soulager les crises, on utilise un médicament inhalé qui agit rapidement en ouvrant les bronches pour faciliter le passage de l’air.
Pour lutter contre l’inflammation des bronches, il est nécessaire de prendre quotidiennement de la cortisone inhalée (traitement de fond), ou plus rarement de la cortisone en comprimés, lorsque la crise est longue ou très importante.

1. Qu’est-ce qu’une corticothérapie orale prolongée ?

Le terme corticothérapie signifie "traitement par cortisone (ou corticoïdes)". La cortisone est un médicament agissant sur l’inflammation.
Dans l’asthme, la cortisone est utilisée pour diminuer l’inflammation des bronches.

La forme la plus adaptée pour traiter l’asthme est la forme inhalée. Si ce traitement se révèle insuffisant, il peut être nécessaire de prendre de la cortisone en comprimés. Dans ce cas, elle peut être prise en cure courte de quelques jours lorsque les symptômes d’une crise persistent ou s’aggravent (on parle d’exacerbation).

Dans certains asthmes sévères, elle doit être prise pendant plusieurs mois ou davantage : on parle alors de corticothérapie orale prolongée.

Haut de page

2. Pour quelles formes d’asthme utilise-t-on une prise prolongée de cortisone en comprimés ?

Une prise prolongée de cortisone en comprimés n’est utilisée que pour traiter certaines formes d’asthme sévère.
L’asthme sévère se définit comme une forme d’asthme particulière, dont le contrôle ne peut être obtenu qu’avec la prise de plusieurs médicaments, y compris parfois la cortisone en comprimés.

La prise prolongée de cortisone en comprimés n’est pas envisagée lorsqu’on débute un traitement de fond, car le médecin utilise d’abord d’autres traitements susceptibles d’entraîner des effets secondaires moindres.
On commence en général par la cortisone sous forme inhalée. Si ce traitement se révèle insuffisant, le médecin peut augmenter les doses et/ou ajouter d’autres médicaments inhalés jusqu’à ce que l’asthme soit contrôlé. La cortisone en comprimés n’est utilisée que si l’asthme reste mal contrôlé.

Haut de page

3. Quelles précautions prendre avec une prise prolongée de cortisone en comprimés ?

Lorsque la cortisone est prise sous forme de comprimés pendant une longue durée (plusieurs mois), il convient de prendre certaines précautions car cela peut entraîner des effets secondaires, comme par exemple une prise de poids, une hypertension artérielle, un diabète, une perte de la masse osseuse, des tremblements...
Il est possible d’éviter ou de limiter les effets secondaires de votre traitement en prenant certaines précautions. Votre médecin est là aussi pour vous y aider.

Adapter vos habitudes alimentaires

La prise prolongée de cortisone en comprimés peut augmenter votre appétit et favoriser une prise de poids. Il est donc conseillé de prendre vos repas régulièrement, en évitant le grignotage. Vous pouvez aussi adapter le contenu de vos repas.

La consommation de certains aliments peut aggraver les effets secondaires du traitement. Il est conseillé de limiter la consommation d’aliments riches en :

  • sel, pour éviter l’augmentation de la tension artérielle et la rétention d’eau (qui favorise l’apparition de gonflements ou œdèmes) ; 
  • sucres dits rapides (confiserie, chocolat, miel, etc.), pour éviter les troubles de la glycémie (taux de sucre dans le sang) qui peuvent déclencher ou aggraver un diabète.

Comment limiter sa consommation de sel ?

La plus grande partie (80 %) du sel que vous consommez provient de produits que vous achetez (pain, charcuterie, fromage, plats cuisinés, soupes, quiches et pizzas, sandwichs, condiments et sauces, pâtisseries). Il convient de limiter la consommation de ces aliments, ainsi que de réduire le sel ajouté lors de la cuisson ou à table.

D’autres aliments peuvent au contraire vous aider à contrer les effets secondaires du traitement. Il est conseillé de privilégier les aliments riches en :

  • Protéines, pour maintenir votre force musculaire et votre masse osseuse
    Où les trouve-t-on ? Œufs, viandes (évitez cependant le jambon salé), volailles, poissons, etc.
  • Potassium, pour compenser la perte en potassium causée par la corticothérapie
    Où le trouve-t-on ? Bananes, choux, agrumes.
  • Calcium et vitamine D, pour maintenir la solidité de votre squelette
    Où trouve-t-on le calcium ? Lait, laitages, etc. (évitez cependant les fromages salés).
    Où trouve-t-on la vitamine D ? Poissons gras (saumon), aliments enrichis en vitamine D.

Votre médecin pourra vous prescrire des suppléments en calcium et vitamine D, et si nécessaire des suppléments en potassium.

Pratiquer une activité physique régulière

La prévention des effets secondaires passe aussi par la pratique d’une activité physique adaptée à vos capacités et à vos préférences. Votre médecin peut vous aider à choisir des activités qui vous conviennent.

L’activité physique vous permet de lutter contre plusieurs effets secondaires d’un traitement par cortisone. Elle vous aide à maintenir votre masse musculaire et votre masse osseuse durant le traitement. Elle permet aussi de réguler votre appétit et de stabiliser votre poids.

Suivre les indications de votre médecin

La prise prolongée de cortisone en comprimés peut causer une certaine nervosité ou une agitation. Pour éviter qu’elle ne perturbe votre sommeil, il est conseillé de prendre votre traitement le matin.
Pour limiter les effets secondaires causés par un traitement prolongé par cortisone en comprimés, le médecin recherche la dose minimale nécessaire pour contrôler l’asthme.
Dans tous les cas, il est important de ne jamais arrêter votre traitement par cortisone en comprimés sans en avoir parlé avec votre médecin. L’arrêt d’un traitement prolongé par cortisone doit toujours être progressif pour éviter une reprise brutale de l’inflammation.

Surveiller les effets de votre traitement

La surveillance de votre traitement permet de détecter l’apparition d’éventuels effets secondaires.
Si vous notez l’apparition d’un symptôme inhabituel, il est important de le signaler à votre médecin. Il peut adapter la dose de votre cortisone en comprimés et/ou vous proposer un traitement pour soulager les effets indésirables.

Pourquoi passer une ostéodensitométrie ?

Il est recommandé de passer une densitométrie osseuse (ou ostéodensitométrie) avant de commencer votre traitement prolongé par cortisone en comprimés, puis en cours de traitement. Cet examen indolore permet de mesurer la solidité de votre squelette. S’il le juge nécessaire, votre médecin vous prescrira un traitement pour limiter la perte osseuse causée par la prise de cortisone, et diminuer votre risque de fracture.

Haut de page

Sources

  • Recommandations GINA (2012) : Guide for asthma management and prevention.
  • Note de synthèse HAS : Prévention, diagnostic et traitement de l’ostéoporose (2006).
  • Recommandations HAS : Surpoids et obésité de l’adulte : prise en charge médicale de premier recours (2011).

à retenir

Pour éviter ou limiter l’apparition des effets secondaires liés à la prise prolongée de cortisone en comprimés, il est important de prendre certaines précautions.
Votre médecin peut vous donner des conseils pratiques et vous expliquer comment surveiller votre traitement.

Haut de page

Aller plus loin avec sophia

Avec sophia, l'Assurance Maladie m'accompagne pour mettre en pratique les recommandations de mon médecin traitant en m'apportant : 

  • de l'information, des témoignages et conseils
  • le soutien par téléphone d'un infirmier-conseiller en santé

> En savoir plus sur le service sophia

HON CodeCe site respecte les principes de la charte HONcode.
Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
Vérifiez ici
Les autres sites de l’Assurance MaladieAmeli.fr : je m'informe sur mes droits et mes démarchesMon compte : je consulte mes remboursement et j'effectue mes démarchesAmeli-santé.fr : Ma référence en information santé
popin