Revenir à la page d'accueil d'ameli-sophiasophiaPour mieux vivre avec une maladie chronique
L'asthme

Activité physique

Imprimer Envoyer à un ami FacebookTwitterGoogle +
Mis à jour le 26 décembre 2013

L’essentiel

  • La pratique régulière d’une activité physique est possible et bénéfique pour toute personne asthmatique.
  • Un effort intense pendant quelques minutes peut déclencher une crise d’asthme. La survenue d’un asthme d’effort ne doit pas vous faire renoncer à la pratique d’une activité physique, car il est possible de le prévenir.
  • Votre médecin peut vous conseiller de prendre un traitement bronchodilatateur préventif avant l’effort et d’avoir votre traitement de crise sur vous. Il peut aussi vous aider dans le choix d'une activité qui vous convienne.

L’asthme est une maladie qui se caractérise par une inflammation chronique (permanente) des bronches. L’exposition à certains facteurs peut déclencher des crises d’asthme pendant lesquelles la respiration devient difficile.
Contrairement aux idées reçues, les personnes asthmatiques peuvent avoir une activité physique régulière et adaptée, en gérant leur effort.

1. Asthme et activité physique sont-ils compatibles ?

Un asthme bien contrôlé est compatible avec la pratique d’une activité physique de loisir ou d’un sport, même en compétition.
La pratique régulière d’une activité physique est recommandée à toute personne asthmatique car ses bénéfices sont nombreux, en plus du plaisir qu’elle procure. Elle rend aussi confiance en ses capacités et contribue à diminuer son stress.

Haut de page

2. Qu’est-ce que l’asthme d’effort ?

Quand on pratique une activité physique, les muscles ont besoin de plus d’oxygène. Pour répondre à ce besoin accru d’oxygène, la respiration s’accélère et on commence à respirer par la bouche. C’est la différence de température entre l’air extérieur inspiré rapidement et la température du corps qui provoque la réaction des bronches qui se contractent. On parle d’asthme d’effort.

Les symptômes de l’asthme d’effort apparaissent après quelques minutes d’activité intense, ou à la fin de l’exercice : on parle d’asthme post exercice.
Les signes varient d’une personne à l’autre : gêne respiratoire, oppression, toux et/ou respiration sifflante. Ils ne cessent pas spontanément à l’arrêt de l’effort mais sont soulagés par le traitement de crise.

Vous pensez avoir un asthme d’effort ?

D’autres facteurs que l’activité physique sont aussi susceptibles de déclencher votre asthme.
Pour confirmer qu’il s’agit bien d’un asthme d’effort, il est possible d’évaluer votre fonction respiratoire avant et après l’effort, et de vérifier si elle diminue. Parlez-en avec votre médecin.

L’asthme d’effort ne se manifeste pas chez toutes les personnes asthmatiques, ni à chaque effort. Il ne doit pas faire renoncer à la pratique d’une activité physique car il peut être prévenu par un échauffement progressif et si besoin, par la prise d’un médicament bronchodilatateur de manière préventive.

Haut de page

3. Quelles activités pratiquer quand on est asthmatique ?

La pratique régulière d’une activité physique est bénéfique chez les personnes asthmatiques, mais certains types d’activités sont susceptibles de déclencher des crises d’asthme.
Votre médecin peut vous conseiller des activités adaptées : à vous ensuite de choisir celles qui vous plaisent.

Voici quelques exemples d’activités conseillées aux personnes asthmatiques :

  • la natation et l’aquagym ;
  • les arts martiaux (yoga, tai-chi…), qui favorisent le contrôle de la respiration ;
  • le vélo et la marche à pied, qui améliorent la capacité respiratoire.

Une activité est déconseillée chez certaines personnes asthmatiques :

  • l’équitation, car elle peut favoriser le développement d’une allergie au cheval ou à d’autres allergènes contenus dans la paille.

Une seule activité sportive est contre-indiquée :

  • la plongée sous-marine avec bouteilles, car il est impossible de prendre son traitement de crise au cours d’une plongée. Seul un médecin de la Fédération française d’études et de sports sous-marins peut autoriser, sous certaines conditions, la pratique de cette activité.

Sport ou activité physique ?

Pratiquer une activité physique ne veut pas forcément dire faire du sport !
Des activités quotidiennes comme jardiner, aller faire ses courses à pied ou monter les escaliers au lieu de prendre l’ascenseur sont également bénéfiques.

Haut de page

4. Quelles précautions prendre pour pratiquer une activité physique ?

Limiter les risques de crise

  • Prendre 1 ou 2 bouffées de son traitement de crise avant l’effort : si nécessaire, votre médecin vous conseillera de prendre votre traitement de crise 10 à 15 minutes avant l’effort.
  • Avoir toujours avec soi son bronchodilatateur d’action rapide (traitement de crise) : en le prenant dans votre poche ou votre sac à dos, vous pourrez utiliser votre traitement de crise rapidement dès que les premiers signes de crise apparaissent, et être ainsi plus efficace.
  • Tenir compte des conditions climatiques et de la qualité de l’air : il peut être préférable de pratiquer votre activité à l’intérieur en hiver (pour éviter l’air froid), pendant la période des pollens (si vous êtes allergique) et pendant les pics de pollution.
    La qualité de l’air dans votre salle de sport est aussi à prendre en compte en cas d’allergie aux acariens, présents dans la poussière, ou à certains produits d’entretien.

Gérer son effort et s’hydrater

  • S’échauffer progressivement avant l’effort : l’échauffement permet de préparer ses bronches à l’activité physique en accélérant petit à petit le rythme respiratoire.
  • Adapter l’intensité de son activité à sa forme du jour : une fatigue passagère ou un rhume peuvent affecter votre fonction respiratoire. N’hésitez pas à vous reposer et à ajuster l’intensité de votre activité physique.
  • S’hydrater régulièrement : la déshydratation peut faciliter le déclenchement des crises. Il est recommandé de boire régulièrement pendant l’activité, sans attendre d’avoir soif.
  • Récupérer progressivement après l’effort : il est conseillé de ne pas arrêter brutalement votre activité physique pour que vos bronches se réadaptent à une respiration de repos.

Peut-on pratiquer un sport en compétition quand on est asthmatique ?

Il est possible de concilier asthme et sport de compétition, comme l’ont prouvé de nombreux sportifs célèbres. Pour les personnes asthmatiques pratiquant un sport de compétition, il est nécessaire de produire un formulaire d’autorisation d’usage à des fins thérapeutiques, complété par son médecin pour justifier l’utilisation des médicaments anti-asthmatiques.

Haut de page

Sources

  • Recommandations GINA (2012) : Guide for asthma management and prevention.
  • Recommandations HAS : Éducation thérapeutique du patient asthmatique (2001).

à retenir

En prenant certaines précautions et avec un traitement médicamenteux adapté, vous pouvez pratiquer presque toutes les activités physiques, sauf la plongée sous-marine.
L’important est de trouver une activité qui vous convienne.
Elle contribuera à améliorer votre fonction respiratoire et votre qualité de vie.

Haut de page

Aller plus loin avec sophia

Avec sophia, l'Assurance Maladie m'accompagne pour mettre en pratique les recommandations de mon médecin traitant en m'apportant : 

  • de l'information, des témoignages et conseils
  • le soutien par téléphone d'un infirmier-conseiller en santé

> En savoir plus sur le service sophia

HON CodeCe site respecte les principes de la charte HONcode.
Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
Vérifiez ici
Les autres sites de l’Assurance MaladieAmeli.fr : je m'informe sur mes droits et mes démarchesMon compte : je consulte mes remboursement et j'effectue mes démarchesAmeli-santé.fr : Ma référence en information santé
popin