Revenir à la page d'accueil d'ameli-sophiasophiaPour mieux vivre avec une maladie chronique
Le diabète
Définition de l'AVC et prévention des récidives
Imprimer Envoyer à un ami FacebookTwitterGoogle +
Mis à jour le 02 janvier 2014

AVC : prévention des récidives

L’essentiel

  • Le cerveau est le centre de commande des différentes fonctions de notre organisme. Lorsque la circulation du sang vers le cerveau est interrompue ou lorsqu'un saignement se produit, il ne reçoit plus les substances nutritives qui lui sont nécessaires pour fonctionner et il se détruit. On parle d’accident vasculaire cérébral ou AVC.
  • Si un autre AVC se produit quelques heures, semaines ou mois plus tard, on parle de "récidive d’AVC".
  • Après un premier AVC, votre médecin vous explique, ainsi qu’à vos proches, les signes évocateurs d’une récidive qui doivent vous alerter. Savoir reconnaître ces signes d’alerte est essentiel pour assurer une prise en charge médicale en urgence et limiter les séquelles éventuelles.
  • La prévention de la récidive repose sur la prise régulière d’un traitement médicamenteux et l’adaptation de ses habitudes de vie.

Lorsqu’un AVC se produit, une partie du cerveau est privée de sang et peut être endommagée.
Une prise en charge médicale immédiate est essentielle pour limiter les séquelles éventuelles.

1. Qu'est-ce que la récidive d’un accident vasculaire cérébral ?

Après un premier AVC, le risque d’avoir un nouvel AVC est élevé : on dit qu’il existe une possibilité de "récidive".
Ce risque existe également après un accident ischémique transitoire (AIT), qui est une forme d’AVC dont les symptômes disparaissent rapidement, en moins de 24h, et souvent en moins d’une heure.

Quelles sont les causes de l’AVC ?

L’AVC est la conséquence d’un arrêt de la circulation du sang dans une partie du cerveau.
Le plus souvent, il est dû à un caillot (ou embol) qui bouche une artère cérébrale. On parle d’AVC ischémique ou encore d’infarctus cérébral.
Dans les autres cas, il est dû à la rupture d’une artère cérébrale (souvent liée à une tension artérielle trop élevée), ce qui provoque un saignement (AVC hémorragique).

Haut de page

2. Quels sont les signes d'alerte après un accident vasculaire cérébral ?

Le cerveau est constitué de plusieurs zones qui ont chacune une fonction précise permettant à notre corps de bouger, de parler, de voir... C’est pourquoi, selon la zone du cerveau atteinte, les symptômes liés à l’AVC (ou l’AIT) sont différents.

Les symptômes les plus évocateurs, en particulier s’ils surviennent brutalement, sont :

  • un sourire asymétrique ;
  • des difficultés pour bouger un bras, une jambe ;
  • des troubles de la parole et/ou de la compréhension.

Ces signes peuvent être associés à :

  • la diminution ou la perte de la vue d’un œil ou des deux yeux ;
  • un mal de tête sévère, soudain et inhabituel, sans cause apparente ;
  • une perte d’équilibre, des difficultés pour se déplacer, ou des chutes inexpliquées.

Si l’un de ces signes apparaît, et même s’il disparaît spontanément, vous ou vos proches devez appeler le Samu sans attendre, en composant le 15. Le Samu vous dirigera vers un service hospitalier adapté. La rapidité de la prise en charge est déterminante pour limiter les éventuelles séquelles.

Après la survenue d’un AVC ou d’un AIT, le médecin vous aide, vous et vos proches, à bien reconnaître les signes qui doivent vous faire penser à une récidive.

Haut de page

3. Comment prévenir les récidives ?

La prise en charge de vos facteurs de risque cardio-neuro-vasculaire

Les maladies cardio-neuro-vasculaires, comme les AVC, sont liées à la formation d’une plaque d’athérome sur les parois des artères. Ces plaques durcissent les parois et peuvent aussi les boucher quand elles deviennent trop importantes. Ces plaques d’athérome sont surtout formées à partir de cholestérol. Ce phénomène est appelé athérosclérose. Il survient surtout sur des parois fragilisées.
Ces facteurs favorisant l’athérosclérose sont appelés les facteurs de risque cardio-neuro-vasculaire. Il est possible d’agir au quotidien pour protéger vos artères en agissant sur ces facteurs de risque par :

  • L’équilibre de votre diabète
    L’excès de sucre dans le sang (hyperglycémie) qui caractérise le diabète endommage les vaisseaux sanguins. Un diabète équilibré permet de réduire le développement de l’athérosclérose.
  • La surveillance de votre tension artérielle
    Une tension trop élevée exercée par le sang dans les artères (hypertension artérielle) fragilise leur paroi et favorise l’athérosclérose. Le traitement de l’hypertension artérielle participe à la prévention de la récidive de l’AVC.
  • Le maintien des taux de mauvais cholestérol et des triglycérides aux taux recommandés par son médecin
    Le cholestérol, lorsqu’il est en excès, se dépose sur la paroi des artères et participe à la formation d’une plaque (la plaque d’athérome), qui réduit le diamètre de l’artère et lui fait perdre sa souplesse. Ce phénomène, appelé athérosclérose, augmente le risque d’avoir un nouvel AVC. Votre médecin peut vous indiquer comment agir sur les taux de cholestérol et des triglycérides.
  • L'arrêt du tabac
    La fumée du tabac contient des substances qui favorisent le développement de l’athérosclérose et sont donc nocives pour les artères. Après un AVC, il est fortement recommandé d’arrêter de fumer. Des solutions existent pour vous aider.
    Vous pouvez notamment consulter le site internet tabac-info-service.fr ou appeler le 3989.

Certains facteurs n’agissent pas directement sur les parois des artères. Mais en augmentant la glycémie, le cholestérol ou la tension artérielle, ils contribuent à favoriser la récidive de l’AVC comme :

  • Le surpoids et l’obésité
    Pour réduire votre poids, il est conseillé d’adopter une alimentation équilibrée, variée, sans aliment interdit (mais aussi sans excès et sans grignotage), et de le faire progressivement. Vous aurez ainsi plus de chances de ne pas reprendre les kilos perdus.
    En particulier, il est conseillé de limiter les apports en graisses dans l’alimentation car ce sont des aliments très caloriques qui favorisent la prise de poids. Ils peuvent aussi augmenter les taux de mauvais cholestérol et de triglycérides dans le sang.
  • Le manque d'activité physique régulière (sédentarité)
    Après un AVC, pratiquer une activité physique régulière adaptée à vos possibilités et à vos préférences vous aidera à récupérer si vous avez des séquelles, et à perdre du poids si nécessaire. Il est recommandé de faire un bilan avec votre médecin avant de commencer ou de reprendre une activité physique.
  • Une alimentation trop salée et une consommation d’alcool trop élevée
    Votre médecin peut aussi vous conseiller de réduire vos apports en sel et de limiter votre consommation d’alcool. Le sel et l’alcool en excès favorisent l’hypertension artérielle et la prise de poids.
    Il est recommandé de ne pas boire plus de trois verres de vin par jour si vous êtes un homme, et pas plus de deux verres de vin par jour si vous êtes une femme. Dans certains cas, votre médecin peut vous demander de ne plus consommer d’alcool du tout.

Dans les suites d’un AVC

Votre médecin vous aide à comprendre quels sont les facteurs sur lesquels vous pouvez agir au quotidien pour réduire le risque de récidive.
Il vous explique, à vous et vos proches, comment reconnaître les signes d’alerte qui pourraient évoquer une récidive.

Il peut juger nécessaire de vous prescrire un traitement médicamenteux pour traiter certains facteurs de risque comme l’hypertension, et/ou de prévenir la formation de caillots grâce à un traitement anti-coagulant. En cas de difficultés pour prendre votre traitement ou pour comprendre votre ordonnance, n’hésitez pas à en parler à votre médecin.

Votre médecin peut aussi juger nécessaire d’arrêter des traitements que vous preniez avant votre AVC, comme les traitements hormonaux prescrits pour la contraception ou pour soulager les symptômes de la ménopause. Dans ce cas, il vous propose d’autres options de traitement.

Haut de page

Sources

  • HAS : La prise en charge de votre maladie, l’accident vasculaire cérébral. Octobre 2007.
  • HAS : Accident vasculaire cérébral : prise en charge précoce. Argumentaire. Mai 2009.
  • HAS : Programme pilote. Ensemble, améliorons la prise en charge de l’AVC. Mars 2011.
  • HAS : Diabète de type 1 de l’adulte et Diabète de type 2. Guides médecin. Juillet 2007.
  • HAS : Diabète - Vivre avec un diabète de type 1 de l'adulte et Vivre avec un diabète de type 2. Avril 2007.
  • INPES : Guide nutrition pour tous. "La santé vient en mangeant". Document élaboré dans le cadre du Plan national nutrition-santé 2001.

à retenir

Après un AVC, il est important d’agir sur les facteurs qui favorisent les récidives.
La prévention d’un nouvel AVC passe par l’adaptation de vos habitudes de vie et la prise régulière de votre traitement médicamenteux.
Savoir reconnaître les signes d’alerte d’une récidive, si elle survient, permet une prise en charge rapide qui est déterminante pour limiter les éventuelles séquelles.

Haut de page

Aller plus loin avec sophia

Avec sophia, l'Assurance Maladie m'accompagne pour mettre en pratique les recommandations de mon médecin traitant en m'apportant : 

  • de l'information, des témoignages et conseils
  • le soutien par téléphone d'un infirmier-conseiller en santé

> En savoir plus sur le service sophia

HON CodeCe site respecte les principes de la charte HONcode.
Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
Vérifiez ici
Les autres sites de l’Assurance MaladieAmeli.fr : je m'informe sur mes droits et mes démarchesMon compte : je consulte mes remboursement et j'effectue mes démarchesAmeli-santé.fr : Ma référence en information santé
popin