Revenir à la page d'accueil d'ameli-sophiasophiaPour mieux vivre avec une maladie chronique
Le diabète
Examens et traitements après un AVC
Imprimer Envoyer à un ami FacebookTwitterGoogle +
Mis à jour le 17 décembre 2013

Suivi d’un traitement anticoagulant

L’essentiel

  • Les traitements anti-coagulants permettent d’éviter la formation de caillots dans le sang, qui peut être favorisée par certaines maladies.
  • L’efficacité d’un traitement anti-coagulant anti-vitamine K est surveillée régulièrement en mesurant l’INR à l’aide d’une prise de sang. L’INR consiste à mesurer le temps que le sang met pour former des caillots (c’est la coagulation).
  • Votre médecin vous indiquera à quelle fréquence faire mesurer votre INR et les objectifs à atteindre en fonction de votre situation. Tenir à jour un carnet avec le résultat de vos INR et l’apporter à votre médecin faciliteront le suivi de votre traitement.
  • Votre médecin vous expliquera aussi dans quels cas vous devrez le contacter : soit en fonction des résultats de votre INR, soit en fonction de l’apparition de signes évoquant un mauvais contrôle du traitement.

Si vous vous coupez superficiellement, la blessure s’arrête rapidement de saigner grâce à une réaction du sang, appelée coagulation. Des éléments du sang s’agglutinent alors pour former un caillot et boucher la plaie. La vitamine K joue un rôle essentiel dans ce processus en favorisant la coagulation.
Chez certaines personnes, la coagulation ne se fait pas correctement. Cela favorise la formation de caillots dans les vaisseaux ou bien au niveau du cœur : on parle de thrombose. Dans certains cas, il peut être nécessaire de suivre un traitement anti-coagulant anti-vitamine K pour ralentir la coagulation et éviter la formation de caillots.

1. Pourquoi mesurer l’INR ?

L’INR (qui signifie International Normalized Ratio) consiste à mesurer le temps nécessaire pour que le sang coagule. Il sert à évaluer l’efficacité du traitement anti-coagulant anti-vitamine K et permet à votre médecin d’ajuster le dosage du traitement si nécessaire.

En effet, une dose trop forte favorise les saignements des gencives, du nez, etc. et l’apparition de "bleus". Si le saignement est plus important, on parle d’hémorragie. À l’inverse, une dose trop faible favorise la formation de caillots. La surveillance du traitement est donc très importante.

L’efficacité d’un traitement anti-coagulant anti-vitamine K varie en fonction des personnes. Elle peut être influencée par la présence éventuelle d’une autre maladie, par la prise d’un ou de plusieurs autres traitements médicamenteux, ou encore par l’alimentation.

Haut de page

2. Comment se déroule la mesure de l’INR ?

L’INR est un examen réalisé à partir d’un prélèvement de sang.

bon à savoir

D’un laboratoire à un autre, il peut exister de petites variations dans la mesure de l’INR. Il est donc recommandé de toujours faire cet examen dans le même laboratoire pour pouvoir comparer les résultats d’une fois sur l’autre.

Haut de page

3. Que mesure-t-on avec l’INR ?

Chez une personne qui n’est pas sous traitement anti-coagulant anti-vitamine K, l’INR est de 1 : c’est la valeur de référence. La vitesse de coagulation du sang d’une personne sous traitement anti-coagulant est comparée à cette valeur de référence. Par exemple, un INR égal à 2 signifie que le sang met deux fois plus de temps à coaguler que chez une personne non traitée.

Haut de page

4. Quels sont les objectifs recommandés ?

Le traitement anti-coagulant anti-vitamine K est considéré comme efficace lorsque l’INR se maintient entre les valeurs indiquées par votre médecin. Ces valeurs sont fixées en fonction de chaque cas.

Votre médecin vous indique à quelle fréquence faire vérifier votre INR. Avec les résultats, il peut adapter la dose de votre traitement anti-coagulant anti-vitamine K à tout moment.

bon à savoir

Noter vos résultats d’INR sur un carnet est très important pour le suivi de votre traitement. Cela permet de mieux informer votre médecin et les professionnels de santé qui vous suivent.

Vous n’avez pas besoin de modifier votre alimentation lorsque vous suivez un traitement anti-coagulant anti-vitamine K. Cependant, il est conseillé de consommer avec modération les aliments riches en vitamine K en particulier les brocolis, les asperges, les épinards et les choux.

Certains médicaments qui peuvent vous sembler sans danger, comme l’aspirine et les anti-inflammatoires, peuvent agir sur votre traitement. Il est recommandé de ne pas prendre d’autres médicaments que ceux prescrits par votre médecin et de ne pas modifier seul les doses prescrites.

Il est aussi recommandé de toujours indiquer aux professionnels de santé que vous rencontrez, tous les médicaments que vous prenez, ceux que vous avez achetés sans prescription et ceux qu’un autre médecin vous a prescrits. Garder votre (ou vos) ordonnance(s) sur vous peut être utile. De même, pensez à toujours porter sur vous une carte mentionnant que vous prenez un traitement anti-coagulant anti-vitamine K.

Si vous suivez un traitement anti-coagulant anti-vitamine K, il est important de contacter votre médecin si :

  • votre INR est supérieure à 5, ou à la valeur indiquée par votre médecin ;
  • vous saignez, même faiblement, en l’absence de blessure (saignement des gencives, du nez, œil rouge, sang dans les urines ou dans les selles, apparition de "bleus", etc.) ;
  • des symptômes apparaissent et vous inquiètent.

Votre médecin vous aidera à bien comprendre votre traitement et à être vigilant sur les symptômes qui évoquent un saignement.

Haut de page

Sources

  • ANSM : Dossiers thématiques sur les anti-vitamine K (AVK) :
    • Traitement anti-coagulant oral par anti-vitamine K (AVK) : 10 questions-réponses.
    • Vous et votre traitement anti-coagulant par AVK (anti-vitamine K) : Carnet d’information et de suivi du traitement.
    • Dix questions pour éviter un accident. Testez vos connaissances.
  • ANSM : Les anticoagulants en France en 2012. Juillet 2012.

à retenir

Les traitements anti-coagulants sont essentiels pour éviter la formation de caillots dans le sang. Ils nécessitent un suivi régulier grâce à un examen appelé INR.
Il est recommandé de signaler votre traitement à tout professionnel de santé que vous consultez et d’avoir sur vous une carte mentionnant votre traitement.
Votre médecin vous indiquera quand le prévenir en fonction des résultats de cet examen ou des symptômes qui pourraient survenir.

Haut de page

Aller plus loin avec sophia

Avec sophia, l'Assurance Maladie m'accompagne pour mettre en pratique les recommandations de mon médecin traitant en m'apportant : 

  • de l'information, des témoignages et conseils
  • le soutien par téléphone d'un infirmier-conseiller en santé

> En savoir plus sur le service sophia

HON CodeCe site respecte les principes de la charte HONcode.
Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
Vérifiez ici
Les autres sites de l’Assurance MaladieAmeli.fr : je m'informe sur mes droits et mes démarchesMon compte : je consulte mes remboursement et j'effectue mes démarchesAmeli-santé.fr : Ma référence en information santé
popin