Revenir à la page d'accueil d'ameli-sophiasophiaPour mieux vivre avec une maladie chronique
Le diabète
Définition de l'insuffisance cardiaque
Imprimer Envoyer à un ami FacebookTwitterGoogle +
Mis à jour le 19 décembre 2013

Poussée d’insuffisance cardiaque

L’essentiel

  • Quand le cœur se fatigue, il devient moins efficace et ne peut plus pomper assez de sang pour couvrir tous les besoins de l’organisme. On parle d’insuffisance cardiaque.
  • Une poussée d’insuffisance cardiaque correspond à une aggravation des symptômes de cette maladie.
  • Une surveillance régulière par votre médecin permet de détecter les signes d’aggravation au plus tôt, et ainsi d’adapter la prise en charge.
  • Votre médecin vous aide à comprendre votre maladie et vous explique comment surveiller vous-même, ou avec l’aide de vos proches, l’apparition de signes d’alerte. C’est l’autosurveillance.

Le cœur est un muscle (appelé myocarde) qui se contracte et se relâche à un rythme régulier pour envoyer le sang dans le reste du corps. Il fonctionne comme une pompe, car le sang qui arrive vers lui est renvoyé dans l’organisme à chaque contraction cardiaque. Lorsque le cœur n’arrive plus à jouer son rôle de pompe pour couvrir les besoins de l’organisme, on parle d’insuffisance cardiaque.

L’insuffisance cardiaque est une maladie chronique, c'est-à-dire une maladie qui nécessite un traitement quotidien et un suivi régulier pour éviter les épisodes d’aggravation.

1. Qu’est-ce qu’une poussée d’insuffisance cardiaque ?

Les symptômes de l’insuffisance cardiaque sont directement liés à l’inefficacité de la pompe cardiaque, que ce soit lors du remplissage du cœur ou lors de sa contraction.
En cas d’insuffisance cardiaque, les premiers symptômes sont souvent un essoufflement, ou une fatigue inhabituelle survenant à l’effort. Il arrive que ces symptômes s’aggravent. Ils deviennent plus gênants dans votre vie quotidienne ou surviennent même au repos, et d’autres symptômes peuvent apparaître (par exemple : le gonflement de vos chevilles). On parle alors de poussée d’insuffisance cardiaque (ou décompensation cardiaque).

Haut de page

2. Savoir reconnaître les signes d’alerte

Un certain nombre de symptômes sont très évocateurs d’une poussée d’insuffisance cardiaque. Ce sont des signes d’alerte car ils annoncent l’aggravation de l’insuffisance cardiaque. Si on les identifie dès leur apparition, une prise en charge rapide est possible. C’est pourquoi, il est important de bien les connaître.

Ces signes peuvent être :

  • Une gêne respiratoire plus marquée : par exemple, vous vous essoufflez lors d'efforts moins importants, vous toussez, vous avez du mal à dormir allongé et êtes obligé de dormir à demi-assis.
  • Une prise de poids rapide (2-3 kilogrammes en une semaine).
  • L’apparition de gonflements (œdèmes) : vos chevilles ou vos jambes enflent et peuvent garder la trace de la pression de votre doigt, votre ceinture vous serre, vos doigts sont gonflés.
  • Une modification de votre pouls : les battements de votre cœur sont plus rapides ou plus lents, ou sont irréguliers (palpitations).
  • La survenue de malaises lorsque vous changez de position (ceux-ci peuvent être liés à une baisse de tension artérielle).
  • Une baisse de votre tension artérielle si votre médecin vous a conseillé de la surveiller régulièrement.

Votre médecin vous aide, vous et vos proches, à reconnaître ces signes d’alerte. Il vous indique à quel moment le contacter rapidement s’ils surviennent.
Avec le traitement et un mode de vie adapté, les symptômes peuvent rester stables ou s’améliorer. On dit que la maladie est stabilisée.

Certaines situations peuvent déclencher une poussée d'insuffisance cardiaque :

  • Une prise irrégulière de son traitement.
  • Une prise de médicaments non prescrits par le médecin.
  • Une consommation de sel trop importante.
  • Une consommation d’alcool en excès.
  • La grippe.

Bon à savoir

Les vaccinations contre la grippe et le pneumocoque sont recommandées avec une insuffisance cardiaque.  

Haut de page

3. Comment surveiller son insuffisance cardiaque et prévenir les poussées ?

Le suivi régulier par le médecin traitant et le cardiologue

Si vous avez une insuffisance cardiaque, votre médecin vous aide à comprendre la maladie. Il vous explique les symptômes associés à votre insuffisance cardiaque et comment les surveiller.

Votre médecin vous aide aussi à adopter une alimentation plus adaptée (notamment en réduisant votre consommation de sel).

Une activité physique régulière, choisie avec votre médecin en fonction de vos possibilités et de vos préférences, améliore vos capacités cardiaques et respiratoires. Elle permet aussi d’entretenir vos muscles, de maintenir vos capacités physiques et votre autonomie.

La prise quotidienne de votre traitement médicamenteux est un élément important pour bien stabiliser votre maladie. Si vous avez des difficultés à le prendre ou à comprendre votre ordonnance, n’hésitez pas à en parler avec votre médecin.

bon à savoir

Certains médicaments (aspirine ou anti-inflammatoire pour traiter la douleur ou la fièvre, médicament effervescent, etc.), même s’ils vous semblent sans danger, peuvent aggraver votre maladie et diminuer l’efficacité de votre traitement. Parlez-en à votre médecin, il vous indiquera quels sont les médicaments à éviter.

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter la fiche "Automédication".

À chaque consultation, votre médecin vérifie votre traitement et son efficacité. Il peut aussi vous prescrire des examens médicaux qui permettront de suivre votre insuffisance cardiaque et d’adapter le traitement si nécessaire. Il fixe avec vous le délai avant la prochaine consultation.

L’autosurveillance

L’autosurveillance consiste à contrôler vous-même, ou avec l’aide d’un proche, l’apparition de signes d’aggravation de votre insuffisance cardiaque (signes d’alerte) : une prise de poids rapide de 2 à 3 kg en une semaine, un essoufflement, une fatigue inhabituelle ou un gonflement de vos chevilles.
Elle nécessite de vous peser régulièrement et de prendre votre pouls (nombre de battements cardiaques) selon les recommandations de votre médecin. Il est important de noter ces résultats pour les lui montrer. Votre médecin vous demandera peut-être de surveiller, ou de faire surveiller, votre tension artérielle.

Devant des signes d’aggravation, votre médecin peut être amené à modifier votre traitement médicamenteux, ou à demander des examens complémentaires, pour faire un bilan cardiaque plus approfondi. Une hospitalisation est parfois nécessaire.

Haut de page

Sources

  • HAS : Insuffisance cardiaque. Guide du parcours de soins. Février 2012.
  • HAS : La prise en charge de l’insuffisance cardiaque - Vivre avec une insuffisance cardiaque. Décembre 2007.
  • HAS : Diabète de type 1 de l’adulte et Diabète de type 2. Guides médecin. Juillet 2007.
  • HAS : Diabète - Vivre avec un diabète de type 1 de l'adulte et Vivre avec un diabète de type 2. Avril 2007.

à retenir

La prise en charge de l’insuffisance cardiaque repose sur une adaptation de ses habitudes de vie et sur la prise régulière d’un traitement médicamenteux.
Il est important de surveiller régulièrement l’apparition des signes pouvant évoquer une aggravation de la maladie.
Votre médecin vous aide à bien les reconnaître.
Vos proches peuvent aussi vous aider dans cette surveillance.
Votre médecin vous indiquera aussi quoi faire si ces signes d’aggravation apparaissent.

Haut de page

Aller plus loin avec sophia

Avec sophia, l'Assurance Maladie m'accompagne pour mettre en pratique les recommandations de mon médecin traitant en m'apportant : 

  • de l'information, des témoignages et conseils
  • le soutien par téléphone d'un infirmier-conseiller en santé

> En savoir plus sur le service sophia

HON CodeCe site respecte les principes de la charte HONcode.
Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
Vérifiez ici
Les autres sites de l’Assurance MaladieAmeli.fr : je m'informe sur mes droits et mes démarchesMon compte : je consulte mes remboursement et j'effectue mes démarchesAmeli-santé.fr : Ma référence en information santé
popin