Revenir à la page d'accueil d'ameli-sophiasophiaPour mieux vivre avec une maladie chronique
Le diabète

Facteurs de risque cardiovasculaire

Imprimer Envoyer à un ami FacebookTwitterGoogle +
Mis à jour le 29 janvier 2014


L’essentiel

  • Le diabète augmente le risque d’avoir une maladie au niveau du cœur et des vaisseaux (maladie cardiovasculaire). C’est pourquoi le diabète est considéré comme un facteur de risque cardiovasculaire.
  • Les maladies cardiovasculaires sont liées à la formation d’une plaque d’athérome sur les parois des artères. Ces plaques durcissent les parois et peuvent aussi les boucher quand elles deviennent trop importantes. Ces plaques d’athérome sont surtout formées à partir de cholestérol.
  • Le risque cardiovasculaire peut également être augmenté par d’autres facteurs souvent associés au diabète.
  • Il est important de faire le point avec votre médecin sur vos facteurs de risque cardiovasculaire.
  • Certains facteurs de risque ne sont pas modifiables comme l’âge, le sexe et l’hérédité.
  • Par contre, il vous est possible d’agir sur certains de ces facteurs comme l’équilibre du diabète, la tension artérielle, les taux de cholestérol, le tabagisme.

Les facteurs de risque cardiovasculaire augmentent le risque de développer une maladie du cœur et des vaisseaux sanguins (maladie cardiovasculaire). Les maladies cardiovasculaires sont principalement dues aux dépôts de cholestérol sur les parois des artères, contribuant à former la plaque d’athérome. Les artères se durcissent progressivement (athérosclérose).

L’accumulation de ces dépôts de cholestérol réduit le diamètre des artères et gêne la circulation du sang. Il peut arriver qu’un vaisseau se bouche et que la circulation soit interrompue. S’il s’agit d’un vaisseau du cœur, on parle d’infarctus du myocarde ("crise cardiaque"). S’il s’agit d’un vaisseau du cerveau, on parle d’accident vasculaire cérébral (AVC).

1. Pourquoi est-il important de connaître ses facteurs de risque cardiovasculaire ?

Certains facteurs de risque cardiovasculaire comme l’âge, le sexe ou les antécédents familiaux ne peuvent être modifiés. Par contre, il est possible d’agir au quotidien sur de nombreux autres facteurs, par exemple en adoptant une alimentation équilibrée, en pratiquant une activité physique régulière, en limitant votre consommation d’alcool. Ces éléments peuvent vous aider à protéger votre cœur et vos artères.

Haut de page

2.  Sur quels facteurs agir pour réduire votre risque cardiovasculaire ?

Le diabète de type 1 ou 2

Le diabète est une maladie dans laquelle le sucre (glucose) apporté par les aliments reste dans le sang au lieu de pénétrer dans les cellules pour y être transformé en énergie ou stocké. Ceci entraîne un excès de sucre dans le sang (hyperglycémie) qui est mauvais pour les vaisseaux sanguins. C’est pourquoi l’équilibre du diabète est important.

L’hypertension artérielle

La tension artérielle se définit comme la pression exercée par le sang sur la paroi des artères. Lorsque la tension artérielle est trop élevée (hypertension artérielle), les parois des artères se fragilisent et risquent de se boucher. 
Lorsque l’on a du diabète, il est recommandé d’avoir une tension artérielle systolique inférieure à 140 mm Hg (14 cm Hg) et une tension artérielle diastolique inférieure à 85 mm Hg (8,5 cm Hg) afin de limiter l’apparition des complications cardiovasculaires.

Les graisses (ou lipides)

Un taux élevé de "mauvais" cholestérol (LDL-cholestérol)

Le cholestérol est un type de graisse. Il est présent dans notre corps et est nécessaire à son bon fonctionnement. Le cholestérol est transporté vers les cellules de l’organisme sous la forme de LDL-cholestérol. Lorsque le cholestérol est en excès dans le sang, il se dépose sur la paroi des artères et contribue à former la plaque d’athérome.
Le LDL-cholestérol est donc souvent appelé "mauvais cholestérol". Il est conseillé de maintenir le LDL-cholestérol au taux recommandé par son médecin.

Un taux faible de "bon" cholestérol (HDL-cholestérol)

Le HDL-cholestérol collecte le cholestérol en excès dans le sang, pour le transporter jusqu’au foie où il est éliminé. En favorisant cette élimination, il exerce un effet protecteur contre les maladies cardiovasculaires. C’est pour cette raison que le HDL-cholestérol est souvent appelé "bon cholestérol". Quand il n’y en a pas assez, l’accumulation de cholestérol est facilitée. Des taux élevés de HDL-cholestérol diminuent le risque d’avoir une maladie du cœur et des vaisseaux.

Les triglycérides

Les triglycérides représentent une part importante des lipides.

Un taux élevé de triglycérides dans le sang (hypertriglycéridémie) augmente le risque de développer une maladie cardiovasculaire. Ce risque est nettement supérieur si l’hypertriglycéridémie est associée à un taux élevé de mauvais cholestérol (LDL‑cholestérol).

bon à savoir

Un taux élevé de mauvais cholestérol et de triglycérides augmente le risque cardiovasculaire.
Il est possible d’agir sur ces taux en ayant une alimentation équilibrée et adaptée à vos besoins, en particulier en limitant les graisses d’origine animale, en pratiquant une activité physique régulière, en ayant une consommation modérée d’alcool et en arrêtant de fumer.
Votre médecin peut vous conseiller sur les moyens d’y arriver.

Le tabagisme

La fumée du tabac contient des substances nocives pour les artères : elles contribuent à abaisser le taux de bon cholestérol (HDL-cholestérol) et à accélérer le dépôt du mauvais cholestérol (LDL-cholestérol) sur la paroi des artères. Le tabac favorise donc la formation de la plaque d’athérome qui contribue à boucher les artères.

bon à savoir

Un an après l’arrêt du tabac, le risque cardiovasculaire diminue de moitié et dix ans après, le risque d’avoir un infarctus du myocarde redevient équivalent à celui d’une personne qui n’a jamais fumé. Arrêter de fumer est donc très bénéfique pour votre cœur et vos artères.

La microalbuminurie (traces d’albumine dans les urines)

Les reins agissent comme des filtres en éliminant les produits dont l’organisme n’a pas besoin. Chez une personne diabétique, les reins doivent travailler davantage afin d’éliminer l’excès de sucre dans le sang et peuvent ainsi se détériorer prématurément. La présence de traces d’albumine dans les urines (microalbuminurie) témoigne d’une atteinte possible des reins. C’est aussi un facteur de risque cardiovasculaire.

Existe-t-il des médicaments qui peuvent aider à contrôler certains facteurs de risque cardiovasculaire ?

Oui, certains médicaments peuvent aider à limiter le taux de mauvais cholestérol ou l’hypertension artérielle en complément de mesures liées aux modifications du mode de vie. Selon les résultats de vos prises de sang ou votre tension artérielle, votre médecin jugera si la prise de médicaments est nécessaire.

Les facteurs suivants n’agissent pas directement sur les parois des artères mais en augmentant la glycémie, le cholestérol ou la tension artérielle, ils contribuent à augmenter le risque cardiovasculaire :

L’obésité et le surpoids

L’obésité et le surpoids contribuent à augmenter la tension artérielle et la glycémie.

Quand parle-t-on de surpoids et d’obésité ?

On parle de surpoids si l’indice de masse corporelle (IMC) est supérieur à 25, et d’obésité s’il est supérieur à 30. Il est donc recommandé d’avoir un IMC inférieur à 25.

Comment calculer votre IMC ? Il suffit de diviser votre poids (en kg) par votre taille (en m) au carré. Par exemple, une personne qui pèse 80 kg et mesure 1,70 m a un IMC de 27,7 kg/m2 (80 divisé par 1,702).

Le manque d’activité physique régulière (sédentarité)

Le manque d’activité physique régulière favorise la prise de poids, l’augmentation du taux de mauvais cholestérol et la réduction du taux de bon cholestérol. Il est recommandé de pratiquer une activité physique régulière adaptée à vos possibilités et à vos préférences.

Une alimentation trop riche en sel

Une alimentation riche en sel favorise l’hypertension artérielle. Une grande partie de notre consommation en sel provient d’aliments qui n’ont pas forcément un goût très salé (le pain, les aliments en conserve, les produits industriels et surgelés) : on parle de sel "caché". On peut également limiter sa consommation en réduisant la quantité de sel ajoutée aux aliments ou à l’eau de cuisson.

Une alimentation trop riche en graisses

Une alimentation riche en graisses favorise l’excès de mauvais cholestérol, des triglycérides et la prise de poids. On peut limiter sa consommation en graisses en prenant soin de doser les graisses ajoutées aux aliments, par exemple en privilégiant les modes de cuisson avec peu de matières grasses, et en réduisant sa consommation de produits industriels (qui contiennent souvent des graisses "cachées").

Une consommation d’alcool trop élevée

Le vin, la bière et toutes les autres boissons alcoolisées sont riches en sucres et favorisent donc la prise de poids. L’alcool favorise l’hypertension artérielle s’il est consommé en excès de façon régulière. Il est recommandé de ne pas boire plus de 3 verres de vin par jour si vous êtes un homme, et pas plus de 2 verres de vin par jour si vous êtes une femme.

Le stress

Le stress est une réaction normale de l’organisme face à certains événements de la vie. Lorsque le stress s’installe dans la durée (stress chronique), il agit sur la qualité de vie. Les causes en sont multiples (situation familiale difficile, surcharge de travail, etc.) Le stress se manifeste de différentes manières : au niveau physique (en favorisant notamment l’augmentation de la tension artérielle et de la glycémie) mais aussi au niveau mental et émotionnel.

Haut de page

3. Quels sont les facteurs sur lesquels nous ne pouvons pas agir ?

Sexe

Les hommes sont plus exposés aux maladies cardiovasculaires que les femmes, celles-ci étant protégées par les hormones jusqu'à la ménopause. Après 60 ans, le risque s’équilibre entre hommes et femmes.

Âge

Avoir plus de 50 ans chez les hommes et plus de 60 ans chez les femmes.

Antécédents familiaux

  • Maladies cardiovasculaires (infarctus du myocarde par exemple) avant 55 ans chez le père/frère ou avant 65 ans chez la mère/sœur.
  • Accident vasculaire cérébral (AVC) avant 45 ans chez un parent proche.

Ces facteurs ne sont pas modifiables mais ils doivent être pris en compte. C’est à partir de l’ensemble de vos facteurs de risque cardiovasculaire que votre médecin définira avec vous comment il est possible d’agir.

Haut de page

Sources

  • HAS : Diabète de type 1 de l’adulte et Diabète de type 2. Guides médecin. Juillet 2007.
  • HAS : Diabète - Vivre avec un diabète de type 1 de l'adulte et Vivre avec un diabète de type 2. Avril 2007.
  • HAS : Stratégie médicamenteuse du contrôle glycémique du diabète de type 2. Janvier 2013.
  • HAS : Développement de la prescription de thérapeutiques non médicamenteuses validées. Avril 2001.
  • HAS : Efficacité et efficience des hypolipémiants, Une analyse centrée sur les statines. Prise en charge des hypercholestérolémies et prévention cardiovasculaire : État des connaissances. Juillet 2010.
  • INPES : Guide nutrition pour tous. "La santé vient en mangeant (pdf, 2.1 Mo)" et "La santé vient en bougeant (pdf, 2.76 Mo)". Document élaboré dans le cadre du Plan national nutrition-santé 2001.

à retenir

Vous présentez un ou plusieurs facteurs de risque cardiovasculaire ?
Il vous est possible de réduire votre risque cardiovasculaire en agissant sur certains  facteurs de risque.
Parlez-en à votre médecin, il vous conseillera sur les moyens d’y parvenir.

Haut de page

Aller plus loin avec sophia

Avec sophia, l'Assurance Maladie m'accompagne pour mettre en pratique les recommandations de mon médecin traitant en m'apportant : 

  • de l'information, des témoignages et conseils
  • le soutien par téléphone d'un infirmier-conseiller en santé

> En savoir plus sur le service sophia

HON CodeCe site respecte les principes de la charte HONcode.
Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
Vérifiez ici
Les autres sites de l’Assurance MaladieAmeli.fr : je m'informe sur mes droits et mes démarchesMon compte : je consulte mes remboursement et j'effectue mes démarchesAmeli-santé.fr : Ma référence en information santé
popin