Revenir à la page d'accueil d'ameli-sophiasophiaPour mieux vivre avec une maladie chronique
Le diabète
Accueil > Le diabète > Mieux vivre au quotidien > L'Assurance Maladie et vous > Les centres d'examens de santé > L'éducation thérapeutique dans les centres d'examens de santé
Les centres d'examens de santé
Imprimer Envoyer à un ami FacebookTwitterGoogle +
Mis à jour le 06 juin 2014

L'éducation thérapeutique dans les centres d'examens de santé

L’éducation thérapeutique, vous connaissez ? Pratiquée à l’hôpital, dans les réseaux diabète et les Maisons du diabète, elle permet d’apprendre à vivre avec le diabète grâce à l’aide de professionnels de la santé. Certains centres d’examens de santé (CES) de l’Assurance Maladie proposent aussi cette offre de soins. Reportage au CES de la caisse de Seine-Saint-Denis situé à Bobigny.

“Le plateau repas” déborde. Croissants, bananes, frites, pain, soda…“Personne ne s’est jamais risqué à les manger” sourit notre hôte, le docteur Hervé Le Clésiau. Et pour cause : tout est en plastique pour faciliter la démonstration ! Le centre d’examen de santé (CES) de Bobigny propose une offre d’éducation thérapeutique aux médecins et à leurs patients atteints d’un diabète de type 2. En Seine-Saint-Denis, le parcours de soins des patients se heurte souvent à des difficultés économiques et sociales.

L’éducation thérapeutique comprend une série d’ateliers éducatifs. L’équipe est composée d’un médecin, d’un diététicien et d’un infirmier. “Bien connaître les aliments, leur teneur en sucre, en graisse, c’est essentiel pour pouvoir cuisiner et avoir une alimentation équilibrée” explique le docteur Le Clésiau. “Nos faux plateaux repas permettent aux patients de comprendre la nature des aliments et de faire des comparaisons parlantes”. En prenant pour exemple ce qu’il a dans chaque main, une fausse canette de soda dans l’une, un gobelet avec six morceaux de sucre dans l’autre, il nous montre la teneur en sucre de cette boisson.

Prise de conscience, regain de confiance

Souriante, la cinquantaine, Malika, a participé au programme. “J’ai vécu une expérience unique. J’ai pris conscience de la gravité des conséquences possibles du diabète. Sur le coeur, les reins, les yeux… Pourtant, mon diabète a été diagnostiqué il y a longtemps. Mais j’avais baissé les bras” raconte-t-elle. Depuis, Malika a changé. “Je fais mes examens. Mon HbA1c : c’est tous les trois mois. Sans faute. Je fais attention à ce que je mange. Moi qui mangeais beaucoup de fruits non conseillés, je me modère maintenant.

Élégant avec son chapeau, René, la soixantaine, était dans un autre groupe. Une petite dizaine de patients. Le stage est organisé en cinq ateliers : connaissance du diabète, activité physique, glucides (sucres), lipides (graisses) et médicaments. “Avant, le diabète, la glycémie, c’était du charabia. Pour moi, le stage a été une formation. Par exemple, je sais maintenant qu’une bonne alimentation : ce n’est pas être au régime.

Une qualité de vie améliorée

La vie de René a évolué. Il dit mieux comprendre cette maladie silencieuse. Le contact avec d’autres patients, dont les vies et les cultures sont différentes, lui a redonné le goût des “balades, du bricolage, des rencontres. Je marche au moins une demi-heure par jour. Avant j’étais casanier, cela me déprimait. J’étais réticent pour aller faire les courses. Maintenant, c’est moi qui le demande ! Quand on sort, on bouge, on discute !

Le docteur Le Clésiau souligne l’effet positif sur le moral des patients. “Le groupe suscite une émulation, un partage affectif qui rejaillit sur leur motivation” observe-t-il. Ce mieux-être, associé à la connaissance du diabète, facilite leur adhésion au traitement et aux recommandations de leur médecin.

Un soutien pour renforcer le dialogue avec le médecin

Mes relations avec mon médecin ont évolué. Je suis plus à l’aise. Je comprends mieux ce dont on parle, les résultats d’examens par exemple. J’espère que cela va me permettre de mieux l’alerter si je souffre de quelque chose” relève René.

L’éducation thérapeutique est un renfort pour les médecins qui soignent les malades dans la durée. Avec leur accord, nous intervenons à des moments clés dans la vie de leurs patients. Nous leur proposons de se remettre sur les rails d’un parcours de soins plus confiant et plus régulier” pointe le docteur Le Clésiau.

Cette démarche est complémentaire de l’accompagnement proposé par le service sophia. Mais aussi de l’offre de soins des acteurs locaux comme les réseaux diabète, les Maisons du diabète ou les services de diabétologie des hôpitaux” souligne-t-il, confiant dans la capacité de tous à travailler ensemble.

Aller plus loin avec sophia

Avec sophia, l'Assurance Maladie m'accompagne pour mettre en pratique les recommandations de mon médecin traitant en m'apportant : 

  • de l'information, des témoignages et conseils
  • le soutien par téléphone d'un infirmier-conseiller en santé

> En savoir plus sur le service sophia

HON CodeCe site respecte les principes de la charte HONcode.
Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
Vérifiez ici
Les autres sites de l’Assurance MaladieAmeli.fr : je m'informe sur mes droits et mes démarchesMon compte : je consulte mes remboursement et j'effectue mes démarchesAmeli-santé.fr : Ma référence en information santé
popin