Revenir à la page d'accueil d'ameli-sophiasophiaPour mieux vivre avec une maladie chronique
Le diabète
Accueil > Le diabète > Témoignages > Comment je suis entré dans la danse

Comment je suis entré dans la danse

Imprimer Envoyer à un ami FacebookTwitterGoogle +
Mis à jour le 15 octobre 2014

"Accro". René le reconnaît volontiers : la danse de salon est une passion dévorante. Valse, calypso, cha-cha-cha : René les pratique toutes assidûment.

"Mais la danse que j’affectionne le plus c’est le tango argentin" confie-t-il. "À l’origine, le tango argentin ne se dansait qu’entre hommes. Et pour cause : c’était une danse de prisonniers."

Facile alors pour ce cavalier érudit d’ironiser sur le côté "un peu macho" associé à la danse. "L’homme mène et donne le tempo… en théorie !" plaisante-t-il. Surtout que dans son cas c’est bien une femme, son épouse, qui l’a embarqué dans la danse. 

Un valseur de coeur…

Depuis, René twiste aussi aux bras de sa petite-fi lle de 14 ans, "encore plus emballée" que ses grands-parents. Le tout au rythme d’une professeure de danse experte.

"Mon épouse m’a un peu baratiné pour me convaincre de m’y mettre" reconnaît René qui, s’il n’est pas argentin, s’exprime avec un accent marseillais des plus chantants.

"Au début, il y a quatre ans, c’était un peu intimidant et puis, un beau jour, le déclic : c’était parti !" se souvient ce retraité, bâtisseur de piscine à ses heures et valseur à plein coeur.

… au grand bal de l’équilibre

"Quand on aime, on ne compte pas."

Du coup, pour René et son épouse, le bal se prolonge jusqu’au bout de la semaine.

Le mardi et le jeudi : ce sont les cours de rock, de rumba, de quickstep, de paso doble… Le vendredi : tango. Le samedi vient l’entraînement, histoire d’être affûtés pour le grand jour : le dimanche. "Nous mettons alors tout en pratique, entre amis, tranquilles, sans arrière-pensée", les soucis loin derrière les gradins.

"Danser me vide l’esprit et m’a permis d’être plus à l’écoute de mon corps et de ma santé." La danse et des échanges réguliers avec un infirmier-conseiller en santé "participent à la qualité de vie que nous nous sommes choisis" résume René.

"Je pesais autrefois 99 kg contre 87 kg désormais. Je mange beaucoup moins, sans me priver, davantage de légumes, nettement moins de fromage. Et d’après mon médecin traitant : tout va bien côté glycémie et cholestérol."

Alors en avant la musique !

Haut de page
Aller plus loin avec sophia

Avec sophia, l'Assurance Maladie m'accompagne pour mettre en pratique les recommandations de mon médecin traitant en m'apportant : 

  • de l'information, des témoignages et conseils
  • le soutien par téléphone d'un infirmier-conseiller en santé

> En savoir plus sur le service sophia

Témoigner

Vous souhaitez nous apporter votre témoignage ?

Contactez-nous au 
0 809 400 040 (Service gratuit + prix appel).

> Si vous habitez les DOM

HON CodeCe site respecte les principes de la charte HONcode.
Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
Vérifiez ici
Les autres sites de l’Assurance MaladieAmeli.fr : je m'informe sur mes droits et mes démarchesMon compte : je consulte mes remboursement et j'effectue mes démarchesAmeli-santé.fr : Ma référence en information santé
popin